Passer au contenu

/ Faculté de pharmacie

Je donne

Rechercher

Centre de pharmacothérapie de précision

Le Centre proposera une recherche translationnelle liée à trois des secteurs d’excellence de l’Université de Montréal : bio-innovation et santé numérique; Intelligence numérique, artificielle et humaine; Une seule santé.

Il regroupera des expertes et experts grâce à la collaboration d’un important réseau d’actrices et acteurs autant industriels que cliniques, dont de multiples centres hospitaliers universitaires. De plus, il impliquera une association d’expertises multidisciplinaires alliant la rigueur mathématique et l’applicabilité pharmacologique et clinique.

Au Canada, une telle fusion d’expertises n’existe pas encore, d’abord par le caractère émergeant de la discipline de la pharmacométrie, mais aussi par la rareté d’expertes et d’experts formés dans ce domaine.

En créant le Centre, nous voulons développer des stratégies innovantes avec une plateforme de mathématique modulaire de simulations en immuno-oncologie (des scénarios d’essais cliniques ou de thérapies, notamment).

Puis, nous optimiserons la pharmacothérapie avec la mise en place d’une plateforme de pharmacométrie clinique pour les populations vulnérables, incluant les personnes en soins critiques, les femmes enceintes ou allaitant, les enfants malades, les personnes atteintes de cancer, ainsi que celles ayant des troubles psychologiques ou des problématiques de toxicomanie.

Aussi, nous travaillerons en collaboration avec l’industrie et les agences réglementaires pour contribuer à l’avancement et l’intégration de nouvelles approches de modélisation dans le développement du médicament.

Finalement, nous formerons du personnel qualifié dans le domaine de la pharmacométrie et de la pharmacothérapie personnalisée.

 

Pour en connaître davantage sur ce projet

Retombées prévues

  • Optimisation de la sécurité et l'efficacité de l’utilisation thérapeutique
    des médicaments;
  • Formation de nouveaux experts et expertes dans des domaines novateurs qui comptent pour le moment de trop rares ressources;
  • Bénéfices pour des populations pharmacologiquement marginalisées;
  • Avantages pour le secteur des sciences pharmaceutiques grâce à cette nouvelle collaboration entre les acteurs académiques, industriels et réglementaires.
Besoin financier de 6 M$