Passer au contenu

/ Pharmacie 100 ans d'excellence

Rechercher

John Stagg

Professeur

« D’ici 10 ans, j’aimerais mener une étude clinique afin de tester l’efficacité d’un nouveau traitement contre le cancer basé sur mes travaux. »

Professeur à la Faculté depuis 2010, John Stagg débute une carrière prometteuse. Après 5 ans d’exil en Australie pour compléter sa formation de chercheur, il était temps pour ce natif de Chicoutimi de rentrer au bercail. La possibilité d’entreprendre une carrière professorale au sein d’une faculté reconnue mondialement et de devenir cotitulaire de la Chaire pharmaceutique famille Sabourin en santé des femmes, l'a attiré. John se spécialise dans le domaine de l'oncologie et son laboratoire de recherche est intégré au Centre de recherche du CHUM.

Les défis ont été nombreux durant sa première année. Pour passer du statut de stagiaire postdoctoral à celui de chercheur indépendant, il faut faire preuve d’une grande capacité d’adaptation et d’autonomie. Il n’a donc pas hésité à aller chercher l’aide dont il avait besoin pour rédiger ses premières demandes de subventions, pour recruter ses premiers étudiants de cycles supérieurs et pour établir des collaborations de recherche. Son défi le plus important a été l’obtention des subventions de recherche. Très assidûment, John a soumis des demandes à tous les concours, tant nationaux qu’internationaux. À son avis, il faut être prêt à écrire une demande tous les deux mois pendant les deux premières années. Un vrai marathon !

Mais, sa ténacité et sa rigueur ont payé : une subvention de 500 000 $ sur 4 ans des IRSC et une subvention de 450 000 $ sur 3 ans de la Fondation du cancer du sein du Québec. Ces appuis lui ont permis de recruter un étudiant postdoctoral et d’embaucher 2 assistantes de recherche. Passionné par la découverte de nouveaux traitements contre le cancer, il apprécie notamment la proximité avec les patients et la qualité des recherches en oncologie mené au CRCHUM. « Au Canada, sur quatre personnes atteintes de cancer, une va décéder parce qu’on n’a encore rien à lui offrir », conclut-il.

Fiche détaillée

 

Printemps 2012